Du nouveau pour les papilles, un plaisir à découvrir !

Le week-end dernier, j’ai pris un plaisir fou à cuisiner des aliments que je n’avais jamais cuisinés auparavant, ni même goûtés. En fait, depuis quelques temps, je m’amuse à me lancer des « défis culinaires ». Quand je planifie mes repas de la semaine, j’essaie d’intégrer au moins un ingrédient que je n’ai jamais apprêté moi-même ou que je n’ai jamais mangé. C’est ainsi que j’ai goûté aux sardines pour la première fois de ma vie, que j’ai appris à quel point les moules étaient faciles à cuisiner et que je découvrirai cette semaine le goût des artichauts fraîchement cuits, qui n’aura certainement rien à voir avec celui des artichauts en conserve.

<><><><><><> <><><><><><> <><><><><><>
Mon assiette de moules
<><><><><><> <><><><><><> <><><><><><>
Salade de sardines, poires
 et fenouille
Découvrir de nouveaux aliments, c’est aussi ouvrir son « esprit culinaire ». Je pense que nous devrions tous nous lancer de petits défis gastronomiques, que ce soit pour émoustiller nos papilles ou simplement pour le plaisir de cuisiner quelque chose de nouveau. Je pense également qu’on doit s’ouvrir à la cuisine du monde, que ce soit les aliments d’ailleurs, les mets ethniques ou les mélanges d’épices d’autres continents. En partant à la découverte de nouvelles saveurs, on élargit non seulement nos connaissances alimentaires et culinaires, mais on ajoute aussi de la variété à notre alimentation.

Sur ce, je vous encourage à mettre ne serait-ce qu’un seul aliment méconnu dans votre panier d’épicerie cette semaine, de quoi ajouter un peu de piquant entre vos assiettes de pâté chinois et de spaghetti à la sauce tomate.

Pour un peu d'inspiration ou des trucs culinaires, je vous suggère le site de Ricardo, sur lequel j'ai trouvé des vidéos toutes simples sur comment faire cuire les moules ou comment manger des artichauts.

Connaissez-vous le "Flexitarisme" ?

Il y a quelque mois, si vous m’aviez mentionné le mot  « flexitarisme », je n’aurais pas su de quoi vous parliez. En fait, j’ai vu ce mot pour la première fois il y a tout juste quelques semaines, lorsque ma collègue Alexandra Leduc en a parlé sur Twitter.
Puisque j’ai découvert l’expression tout récemment, je me suis dit que je ne devais probablement pas être la seule inculte en 2011 à ne pas savoir ce que signifie le mot « flexitarisme ». J’ai donc eu l’idée dans faire un billet pour qu’à votre tour, vous puissiez vous coucher un peu moins niaiseux ce soir.
Le flexitarisme, c’est ni plus ni moins qu’un terme pour désigner le végétarisme à temps partiel. C’est en quelque sorte l’amalgame des mots « flexible » et « végétarisme ». Le flexitarien est donc une personne qui mange végétarien la plupart du temps, sans pour autant éliminer la viande et le poisson de son alimentation.
Pour ma part, cette nouvelle expression ne révolutionne en rien le monde de la nutrition. On a simplement donné un nom "sexy" à l’alimentation équilibrée. Je pourrais moi-même me qualifier de flexitarienne. Par contre, le concept du flexitarisme peut être intéressant en ce sens où il amène les gens à diminuer leur consommation de viande. Ainsi, on réduit notre consommation de gras saturés, néfastes pour la santé, tout en accroissant la variété de notre alimentation.
Au Québec, on consomme beaucoup de viande rouge et de charcuterie et nous devons travailler à changer ces habitudes. La bonne nouvelle, c’est que les Québécois sont de plus en plus conscients du rôle de la qualité de l’alimentation sur leur santé. On voit d’ailleurs naître certains mouvements qui vont dans le même sens, comme celui des Lundis sans Viande, soutenu par plusieurs personnalités québécoises, dont Georges Laraque, Julie Snyder, Joël Legendre et Xavier Dolan.
En terminant, flexitarien ou pas, l’important, c’est d’adopter de saines habitudes alimentaires et de varier le contenu de son assiette. Pour vous aider à diminuer votre consommation de viande ou encore si vous désirez joindre le mouvement des Lundis sans Viande, laissez-moi vous suggérer un livre de recettes végés qui trompera le palais de tout carnivore. Dans son tout nouveau livre Les Carnivores Infidèles, ma collègue Catherine Lefebvre vous propose des recettes vraiment géniales comme le Pas de steak, blé d’Inde, patates, le Burger de "vrais" gars ou encore le Tofu Général Tao.
Bon appétit, mes flexitariens en devenir !