Machines distributrices - 3e partie : Pistes de solutions

LesChoixSense
Les choix sensés, la campagne d'amélioration des machines distributrices du campus de l'Université de Montréal.
Contrairement à l’UQAM, d’autres projets de virage santé des machines distributrices ont relativement bien fonctionné, comme celui de l’Université de Montréal et celui de l’Hôpital Sainte-Justine. Toutefois, on a constaté une nette diminution des profits de ces machines, par opposition à une augmentation des achats effectués dans les machines ordinaires (non-santé), toujours accessibles dans ces milieux. Alors, que faire? Les machines santé sont-elles une utopie?

Je crois qu’un virage santé des machines distributrices est possible, mais pour que ce se soit bien accepté et que les impacts financiers soient réduits au minimum, on ne peut s’y prendre de n’importe quelle façon. Puisque les gens ne sont pas prêts à ce que leurs machines de chips se transforment en potager, ma solution à moi serait d’y introduire des produits santé, mais cachés sous des allures d’aliments d’exception. Par exemple, si je commercialisais ma recette de brownies aux haricots noirs, dont le goût et la texture sont quasi identiques à celle du brownie classique, on aurait un produit nutritif et probablement tout aussi populaire qu’une friandise ordinaire. Certains diront que mon idée est insensée, puisque les gens ne sauraient pas faire la différence entre un brownie santé et un qui ne l'est pas. C'est vrai, ils ne feraient probablement pas la distinction, mais d’un autre côté, on atteindrait l’objectif d’améliorer, en partie du moins, l’alimentation des gens qui achète régulièrement des produits dans les machines. En tant que nutritionniste, bien sûr que j’estime qu’une alimentation saine se veut le plus près de la terre et du naturel : fruits et légumes frais, produits peu transformés, peu sucrés et peu salés. Mais je ne suis pas prête à dire que des brownies aux haricots noirs dans une machine santé constituent un contremessage. D’après moi, si la machine indique clairement qu’il s’agit d’un produit santé, il n'y a aucun paradoxe. Mes brownies santé, pauvres en gras et en sucre, mais riches en fibres et en protéines, constituent une excellente collation nutritive. Ce n’est peut-être pas une pomme, mais c’est quand même mieux qu’une boîte de Smarties.

Enfin, je ne crois pas non plus qu’il faille faire l’éloge de la sacro-sainte alimentation. C’est bien beau avoir de belles machines remplies de fruits et légumes et de yogourts faibles en gras, soyons réalistes, les gens ne sont pas prêts et la demande n’est pas au rendez-vous. Sans doute que le nœud du problème se situe au niveau de l’éducation à la saine alimentation, mais malgré tout, il faut vivre et laisser vivre. Je suis d’avis qu’il doit toujours rester quelques aliments moins bons pour la santé dans les machines, puisqu’ils répondent tout de même à une certaine demande et à un certain besoin. De plus, consommés en de rares occasions, ces aliments constituent une source de plaisir et peuvent entièrement faire partie d’une saine alimentation.